Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7. 10:00-18:00. Gratuit pour les - de 18 ans. Gratuit pour tous chaque 1er dimanche du mois.

Manche de cuillère




Manche de cuillère © J.-F. Peiré
Manche de cuillère © J.-F. Peiré
Ce très rare objet en ivoire est un manche d’ustensile dont la partie utilitaire a disparu.

Il porte une décoration riche et complexe difficile à percevoir à l’œil nu.
Au sommet, un centaure joue de la lyre, assis sur un rocher posé sur le bassin d’un trépied. Chaque pied du siège forme un pilastre cannelé couronné par un chapiteau gravé et terminé en bas par quatre griffes.
Sur le premier chapiteau, un homme porte une torche renversée et un vase, sur le deuxième un autre soulève une outre à vin et sur le troisième, c’est une femme qui danse et qui lève un tambourin, tenant dans son dos un bâton appelé thyrse. Il s’agit d’une ménade, femme en transe appartenant au cortège de Bacchus.
Une frise de trois masques sépare le trépied de la partie inférieure de l’objet. Ce  sont des satyres : deux de ces masques représentent un visage barbu et chevelu, aux traits accusés, tourné vers la gauche ; le troisième, qui leur fait face, est jeune et imberbe. Un vase pour boire le vin, appelé canthare, et un thyrse les séparent.

Le centaure n’est autre que Chiron à qui fut confiée l’éducation, entre autres, du fils d’Apollon, Asclépios-Esculape, dieu de la médecine.
Le canthare, le thyrse, la ménade et les satyres évoquent le cortège de Bacchus, le Dionysos des Grecs. Les masques sont une allusion au théâtre dont il est à l’origine tandis que l’outre et la torche renversée renvoient à son culte.
Le trépied symbolise le siège de la Pythie, la prophétesse qui parlait au nom d’Apollon, à Delphes, où en hiver le culte de Dionysos remplaçait celui d’Apollon. Delphes est le lieu de l’alliance des deux divinités aux caractéristiques opposées.
Daté de la fin du Ier ou du début du IIe siècle, ce décor concerne davantage le culte de Bacchus qui connaît un renouveau à cette période, plutôt que celui d’Apollon.

Découvert dans une maison installée sur un axe majeur menant au sanctuaire du quartier cathédral actuel, ce manche pourrait correspondre à un objet cultuel de même type que les cuillères à encens.
Peut-être est-il alors à mettre en liaison avec l’autel au décor bachique présenté précédemment ?
 

Manche de cuillère découvert en 1988-1989 à Toulouse (angle des rues Sainte-Anne et Saint-Jacques).

Ivoire d’éléphant.

Fin du Ier ou IIe siècle de notre ère.
Inv. D.98.2.1.


Étude et médiation des collections via l'acquisition 3D

En 2014, une première expérience a été entreprise dans le cadre de l'étude d'une tête et d'un torse de satyre afin de vérifier virtuellement une éventuelle concordance entre les deux fragments, la base de la tête ayant été sciée et les points de jonction entre tête et torse ayant disparu. Elle a prouvé que si les deux fragments illustraient le même thème, ils ne pouvaient appartenir à la même œuvre.

En 2014, Hercule et le géant Géryon, un des bas-reliefs des douze travaux d'Hercule provenant de la villa romaine de Chiragan, a été numérisé dans le but de réaliser, via une impression 3D, une réplique tactile destinée au public non-voyant intégrée dans l'espace d'exposition permanente.

Une série de portraits impériaux de la villa romaine de Chiragan et de monnaies romaines a été modélisée en 2015 pour alimenter l'application numérique associée à la vitrine des monnaies située au 1er étage du musée. Les bustes sculptés, virtuellement superposables aux portraits monétaires correspondants, permettent d'identifier les personnages représentés.

L’exposition Archéo. Une expo à creuser !, présentée au musée en 2016, riche en dispositifs de médiation, offrait aux visiteurs la possibilité de se mettre dans la peau d'un restaurateur en reconstituant comme un puzzle, via un dispositif de leap-motion, une épichysis aryballisque à figures rouges d'Italie du sud, restaurée en 2010.

À l'occasion de la rénovation du second étage du musée en 2016, une monnaie d'époque augustéenne dont la frappe est attribuée à Toulouse, conservée au musée Calvet d'Avignon, a été numérisée et rematérialisée à une échelle agrandie afin d'apporter une meilleure lisibilité de l'exemplaire du musée en moins bon état de conservation.

La dernière expérience en date, et certainement la plus spectaculaire, est la réalisation de la numérisation du Manche de cuillère au centaure. Cet objet en ivoire, de petite dimension et dont les détails innombrables sont difficiles à percevoir à l’œil nu, a nécessité de faire appel à Benjamin Duployer et Christophe Tenailleau du laboratoire CIRIMAT CNRS de Toulouse pour réaliser des acquisitions en très haute résolution par l'intermédiaire d'un appareil de microtomographie Rayons X.
Une restitution 3D agrandie trois fois sera prochainement exposée à côté de l'original au second étage du musée afin de permettre au public d'en admirer la finesse d'exécution et l'iconographie très riche. Cette visualisation en profondeur a permis d'autre part, de déceler des microfissurations sur l'objet et de faire appel à l'analyse d'une restauratrice qui a conclu que celles-ci étaient anciennes, inoffensives et non évolutives.

Le MSR ouvre sa galerie de modèles 3D sur Sketchfab

Toutes les modélisations réalisées à partir des œuvres du musée Saint-Raymond sont désormais disponibles à la manipulation, au partage et à la réutilisation via la plateforme d'hébergement et de lecture 3D Sketchfab.

Lu 1248 fois

Dans la même rubrique :
< >

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter