Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7. 10:00-18:00. Gratuit pour les - de 18 ans. Gratuit pour tous chaque 1er dimanche du mois.

Museomix au MSR : les prototypes créés



Dans Museomix, une équipe se fédère autour d’une idée pour réaliser un prototype.
C’est un dispositif concret et fonctionnel que le public expérimente le troisième jour du mix.
Le prototype n’est pas un projet fini, même s’il fonctionne. Il est le fruit de trois jours de réflexion en commun avec son lot de contraintes, de consensus et de trouvailles.
Fabriquer des prototypes n’est pas l’objectif de Museomix en soi ; en revanche, c’est un défi qui encourage une équipe à travailler ensemble.


PAUSE DIVINE. En adoptant notre "pause divine" vous ne resterez pas de marbre !

Pause divine est un dispositif de médiation interactif qui permet de découvrir l'univers des travaux d'Hercule en invitant le visiteur à adopter les poses herculéennes !

Scénario utilisateur
Les reliefs exposés au 1er étage du Musée Saint-Raymond découvert à la villa de Chiragan, nous ont largement inspiré. Cet espace est déjà correctement délimité avec les 8 bas reliefs et Maximien qui trône l’espace en faisant face aux bas reliefs.

Problématique
Cet espace n’est pas assez immersif, nous ne rentrons pas dans l’univers des 12 Travaux et in fine, l’approche pédagogique et la captation peut être perdue par certain public (jeunes, familles surtout).
Cet espace n’est pas véritablement délimitée, on passe d’un espace à l’autre sans changement d’univers véritable.
Nous souhaitons faire en sorte que le visiteur rentre en contact avec les œuvres afin d’en retenir le contenu.

Pourquoi ?
Une phrase reflète bien notre intention « Vivre le savoir ensemble » ! Notre approche devra être innovante, ludique, immersive, collective, participative et originale pour créer la surprise auprès du public !

Comment ?
Le jeu car l’appropriation se fait plus facilement par ce biais-là et aussi car les 12 Travaux s’y référent bien.
Nos références : le selfie, Pokemon Go… Des choses assez à la mode qui nous ont inspirés.

Principe
A l’aide des bas reliefs, le visiteur est invité à reproduire les poses herculéenne pour combattre les monstres.

Scénario de médiation :
L’espace est scénographié comme un parcours avec différentes étapes.
Départ à l’entrée de l’espace : une douche sonore (en carton à hauteur humaine) avec un audio. Notre expert contenu a enregistré l’histoire de Maximien et le principe du jeu.
De là, le visiteur est invité à se rendre devant la statue de Maximien (un marquage au sol permet de se repérer). Un cartel sur la statue de Maximien explique les règles au visiteur. En effet, Maximien demande au public de choisir le monstre qu’il souhaite combattre. Le visiteur est orienté vers les bas reliefs (marquage au sol d’empreintes d’animaux = stickers à la découpe vinyle).
Le visiteur regarde le bas relief, un cartel donne des explications supplémentaires sur le monstre (fiche d’identité du monstre).
Puis le visiteur est invité à se rendre face à la statue de Maximien et au caisson dans lequel se situe la webcam et l’écran pour reproduire qu’il a visualiser. Nous avons conçu des déguisements pour immerger davantage les visiteurs dans la mythologie.
Dans l’idée, nous avions conçu une application avec la webcam qui délimiter une forme de corps qui correspondait à celle de la bonne posture. Le visiteur aurait dû se placer face à la webcam pour tenter de se positionner dans les marques de la bonne posture d’Hercule en se regardant dans l’écran. Si il réussissait, un gif de monstre qui meurt apparaissait.
Fin de parcours : Nous remettions un badge collector correspondant au monstre qu’il venait de tuer.
Le principe de gamification est important puisque l’idée finale est de pouvoir faire gagner le maximum de badge pour en constituer une collection.
Nous n’avons pas réussi à finir le code pour la mise en place de l’application. Nous avons donc décidé de mettre une simple webcam pour prendre des selfies.

Matériel technique et physique :
Une douche sonore
Un PC- Un écran
Une webcam
Une arche pour la douche à taille humaine en carton
Un caisson pour l’écran et la webcam en bois
Stickers en vinyle > Découpe vinyle
Peluches
Cartel en plexi > Découpe laser
Cartons, papiers, etc.
Son : enregistrement audio avec fond musicale pour la douche sonore
Bruitage de monstres

Retour d'expérience
Beaucoup de visiteur ont semblé aimé se prendre en photo en mode selfie. Surtout les enfants. Mais nous nous sommes rendu compte que la médiation humaine avait toute son importance. En effet, notre expert contenu a réussi à tenir le public en haleine en racontant toute l’histoire des travaux d’Hercule. Rien ne vaut la médiation humaine donc.
L’affluence a également posé quelques problèmes concernant la signalétique du parcours. Au final, les visiteurs passaient par la douche et se dirigeaient directement devant la webcam pour prendre les selfies.
Mais d’une manière générale, les visiteurs trouvaient l’idée intéressante et ludique.

Equipe
L’Hydre de Saint-Raymond possède 7 têtes pensantes et ingénieuses !
    Yann, codeur allias Magneti : Yann.Molina@gmail.com
    Noémie, facilitatrice allias la nounou : noemie.grizonnet@gmail.com
    Stan, makers allias Saquedene : stanislas.bahchuzeville@gmail.com
    Cyrille, expert-contenu allias Osselet : ballaguy.cyrille@gmail.com > Son blog : Pas de mythos entre nous
    Pauline, médiatrice allias Métamorph : pauline.dorkel@gmail.com
    Aude, graphiste allias Mélofée : aude.joly84@gmail.com
    Morgane, communication allias Miaouss : morgane.scienceanim@gmail.com > Billet de blog : Un jour je serai Museomixeur
    Antoine, codeur en renfort : antoine.gazagne@gmail.com

Page Facebook « Pause Divine » et Chaîne YouTube de L’Hydre de Saint-Raymond

CHAUX MUST GO ON ! Valoriser l'expérience visiteur du four à chaux à travers un dispositif interactif et lumineux

Le dispositif Chaux must go on de l'équipe Archi-Chaux propose d'éclairer, dans tous le sens du terme, le four à chaux du musée Saint-Raymond. L'intention est de révéler la valeur historique et muséale du lieu, ainsi que du four lui-même, en apportant un éclairage physique et didactique.

Scénario utilisateur
En descendant au sous-sol, le visiteur est orienté par un premier élément de signalétique annonçant la Nécropole et le four à chaux. Le graphisme est inspiré des émoticons utilisées sur les réseaux sociaux.
Sur le premier palier, il aperçoit une signalétique et un dispositif de signalement de la lucarne. Devant cette lucarne, il peut manipuler le dispositif et découvrir le four en révèlant le point de vue, global – le panorama- sur la salle.
Il descend les escaliers, retrouve une nouvelle fois des éléments des signalétiques précisant l’intérêt de la salle.
En allant sur la droite, le visiteur peut activer deux dispositifs présentés en un seul bloc de bois à même la rambarde :
. Une interface utilisateur basée sur une tablette permettant d’éclairer le four, le sarcophage et le mur et d’apporter des éléments de contenus (textes, images).
. Un dispositif explicatif dédié au four à chaux

Vidéo de l’utilisation du dispositif.

Objectifs
L’équipe Archi-Chaux, s’est constituée autour d’Anna, qui été marquée par le caractère authentique et exceptionnel d’un lieu non valorisé dans le musée. Nous avons décidé de prendre le temps d’explorer toutes les phases de ce lieu, et de prendre en compte toutes les dimensions en suivant une démarche scientifique d’observation. Et c’est bien d’observation et de perception que nous avons parlé dans un premier temps, celui du four à chaux. Comment faire pour arrêter les visiteurs dans la salle ? Comment faire pour révéler ce petit trésor simple en apparence et si riche pour le musée et son histoire ? Nous avons répondu en travaillant l’éclairage et l’ergonomie de l’expérience visiteur.

Nous aurions aimé publier du contenu sur le plafond du four mais cela était impossible.
Nous n’avons pas exploité l’aspect recyclage que proposait la fonction du four.
Par ailleurs, nous n’avons pas exploité non plus le potentiel narratif autour des questions que peut se poser le public dans la salle: mais de quoi s’agit-il ? Pour capter un public plus large, il est possible de faire appel à des récits contemporains. Exemple.

On peut ainsi maquiller le dispositif selon une ambiance renouvelable: Ceci n’est pas un tableau de contrôle de Star Trek, Ceci n’est pas la table de mixage d’un paléo-dancefloor, etc…

Outils & techniques
L’équipe Archi-Chaux a décidé d’éclairer, dans tous le sens du terme, le four à chaux du musée Saint-Raymond. Afin d’explorer toutes les dimensions du lieu et des objets, l’équipe a mis en place deux dispositifs et une signalétique adaptée à la discrétion de la salle.
Le premier prototype, situé dans un escalier, consiste en un panneau de bois (180 x 900) pivotant, accroché au mur par une charnière.

Le deuxième prototype est un ensemble de deux dispositifs intégrés dans une structure en bois globale (980 x 300 x 110) rivée à une rambarde dans la salle et trois projecteurs.

. Une interface numérique (tablette Surface 27.5 x 17.3) insérée dans la structure de bois qui affiche des images et du texte selon les interactions avec le visiteur qui utilise la tablette.

. Une interface physique composée de petits panneaux de bois, coulissant à la main dans la structure globale et qui affichent images et textes relatifs au fonctionnement du four à chaux, auxquels se rajoute un tiroir rotatif en plexiglas contenant de la chaux.

. Trois projecteurs LED PST-15W connectés à la tablette qui éclairent des parties précises de la salle selon les actions déclenchées avec le public.

Tablette Surface
USB DMX
Trois projecteurs LED PST-15W
Bois
Plexiglas
Métal
Vinyl rouge

Equipe
Comment présenter la team Archi-Chaux ? Un collectif de laborantins ! Surtout une équipe studieuse qui a su travailler en toute convivialité, animée par un souci scientifique permanent :
. Anna, médiatrice qui a porté l’idée initiale du projet tout au long du museomix.
. Lucile, archéologue, a apporté toute sa rigueur scientifique pour la production du contenu.
. Loïc, graphiste, est intervenu sur tous les supports du dispositif en faisant basculer le four à chaux dans une autre dimension
. Benjamin, développeur, connaissait la problématique de la projection lumineuse sur le bout des doigts. Il n’a pas été déçu, il a fallu tout recommencer, avec succès !
. Oïhan, codeur, acteur de cinéma (parcours visiteur) et Bayonnais sans qui toute cette aventure n’aurait pas été la même.
. Valentin, maker, a modélisé des objets simples et efficaces qui traduisent parfaitement l’esprit du projet.
. Julien, communiquant, a su trouver les mots au moment de trinquer.

Vous trouverez toutes les infos et documents sur le projet sur la page Facebook Team Archichaux et la page YouTube du même nom.
Lire aussi le hashtag #archichaux et #teamarchichaux sur Twitter

Hero des Lyres. Participe à un concours musical en rejouant un épisode mythologique !

Le prototype "Hero des Lyres" propose de revivre l’épisode mythologique opposant la déesse Athéna au satyre Myrias grâce à une animation autour de la statue fragmentaire de Myron présentée au premier étage du musée.

Scénario utilisateur
Lors de son arrivée dans la section « mythologie » du premier étage, le visiteur est invité (par un cartel, un texte projeté à l’écran, une parole audio et/ou un médiateur) à se saisir des instruments présentés sur les socles « Marsyas » et « Apollon » encadrant la statue d’Athéna.
Dès lors, apparaît une reconstitution de la tête fragmentaire de l’œuvre de Myron au-dessus de laquelle est également diffusée une cinématique retraçant l’épisode mythologique (durée : 35 sec). A la fin de celle-ci, les consignes du jeu sont données aux participants : ceux-ci, lorsque les points colorés entrent dans le rectangle central de leur écran (de part et d’autre de la statue), pressent les touches correspondantes sur leurs instruments. Les qualités de musiciens influeront sur la déformation du visage d’Athéna au cours de la « battle » :
– en cas de victoire du joueur de lyre, apparaît un texte expliquant que cette situation correspond au récit mythologique, à la fin duquel Marsyas finit écorché vif ;
– en cas de victoire du joueur d’aulos, le visage d’Athéna finit de se gonfler jusqu’à exploser, rappelant ainsi de façon détournée la raison pour laquelle la déesse a cherché à se débarrasser de sa flûte.

Objectifs
L’objectif de ce prototype est de restituer de façon animée et vivante l’épisode mythologique auquel fait référence cette œuvre fragmentaire. En effet, bien très belle, cette sculpture nous a paru difficilement identifiable par les visiteurs, qui de fait pouvaient passer à côté sans comprendre l’histoire à laquelle elle est rattachée.
Des discussions ont donc eu lieu à l’intérieur du groupe afin de déterminer comment restituer cette histoire, et plusieurs pistes ont été évoquées (projection de la sculpture de Marsyas à côté de celle d’Athéna par exemple). Toutefois, nous nous sommes accordés sur la volonté de rendre le visiteur actif ; de même, nous savions qu’en proposant un prototype adapté aux jeunes publics, celui-ci pourrait également toucher le public adulte. De fait nous avons introduit un côté ludique (qui, il faut bien le dire, nous plaisait aussi) en proposant aux visiteurs de prendre part au duel musical re-composé sous la forme d’un jeu vidéo.

Outils & techniques
Le prototype a nécessité quelques heures de fabrication, réparties entre tous les membres pour assister le maker.
Ont ainsi été réalisés : un support pour la projection : il s’agit d’un simple rideau suspendu au plafond, disposé juste derrière la sculpture et rigidifié par plusieurs barres en bois et en carton.
Un grand merci à Jade pour la couture et à Francis & Patrice pour l’aide lors de l’installation

    deux socles en carton aux noms de « Apollon » et « Marsyas » ; ils ont été conçus sur un format cylindrique afin d’imiter le socle de la statue d’Athéna qu’ils encadraient, et possédaient deux niveaux d’élévation afin de permettre aux plus petits (public enfant) de saisir les instruments fixés sur chacun des présentoirs.
Armande et Jean-Baptiste testent la solidité du carton patiemment découpé et assemblé dans la nuit de samedi à dimanche.
Les socles ont été conçus pour que les publics enfants comme adultes puissent monter dessus pour se saisir des instruments (fixés sur leur montants), un socle servant de support au vidéoprojecteur : puisque nous n’avons pas retenu l’option rétroéclairage depuis l’arrière de la statue, un socle a été construit afin que le vidéoprojecteur soit disposé à hauteur de la statue à laquelle il faisait face ; une tablette intermédiaire a aussi été ajoutée afin d’y poser l’ordinateur auquel, outre le vp, étaient reliés les instruments et les douches sonores
Un rideau a été ajouté afin de masquer l’ordinateur et les câbles ; sur la face avant du socle – disposé en retrait du passage, entre deux œuvres –  était indiqué le nom du prototype.
 
Equipe
Nicolas Balas, Graphiste
Armande Cernuschi…, Médiation
Athénaïs Blain, Contenu
Jean-Baptiste Jamin, Communication
Xiolang Wang, Maker
Guillaume Prinzivalle, Codeur

Cyril Raymond, Facilitateur

YODO, you only die once. Vous avez raté votre vie ? Réussissez votre mort !

Les sarcophages vous ennuient, vous trouvez qu’ils se ressemblent tous ? Chez Yodo & Cie, nous avons LA solution et nous sommes fiers de vous présenter notre concept révolutionnaire. Matériau, forme, composition… grâce à notre outil de funeral planning, concevez vous aussi votre sarcophage sur mesure. Dans un show-room d’exception, venez découvrir You only die once, notre collection de sarcophages paléochrétiens personnalisables. Grâce à nous, vous ne regarderez plus les sarcophages de la même façon... Vous avez raté votre vie ? Réussissez votre mort avec Yodo !

Scénario utilisateur
Pour en savoir plus, retrouvez-nous sur Facebook et Twitter !

Objectifs
= la team de choc =
Yodo & Cie, c’est avant tout une équipe de joyeux lurons, qui travaille dans la joie et la bonne humeur (#TeamConnards). Un seul maître mot ? Le LOL.

= histoire d’un fail =
Team de choc, certes, mais pas forcément spécialiste de la période et des collections choisies… nous partons donc allègrement sur une piste complètement fausse intitulée « Montre-moi ton sarcophage et je te dirai qui tu es », remettant l’humain au coeur du dispositif de médiation en permettant au visiteur d’en apprendre plus sur le défunt en fonction de son sarcophage. Mais c’était sans compter sur le fait que les sarcophages sont plus ou moins standardisés. #fail

= LE concept =
Bref, on prend les mêmes et on recommence. Bon, déjà que le musée, c’est pas super marrant par essence, si en plus on se met à parler de la mort, on atteint presque le fun ultime. Une séance d’observation des publics en situation confirme notre idée que la nécropole ressemble finalement un peu à un supermarché où la plupart des visiteurs passent, sans vraiment s’arrêter. Comment faire en sorte qu’ils découvrent toute la variété et la symbolique des sarcophages ?
Décalage et anachronisme seront les maîtres mots du dispositif intitulé : YODO. You only die once.

 
Outils & techniques
= ingrédients =
> deux bornes en carton
> un écran vidéo
> un écran tactile
> de la peinture noire
> des stickers vinyles dorés
> des leds rouges
> et 6 museomixeurs en or (bon, et un facilitateur parce qu’on l’aime bien quand même)

Equipe
= La #TeamConnards à votre service =
> Cécile Vibert, la graphiste insupportable
> Juliette Blond, la médiatrice qui met mal à l’aise
> Clémence Moullé-Prevost, l’experte contenu exécrable
> Charlotte Abadie-Laborde, la communiquante acariâtre
> Alix Hermeline, la maker gronchon
> Loïc Laborde, un développeur qui fait peur au campeur
et enfin, last but not least, Jean-Baptiste Cyrille, facilitateur qui n’en a que le nom (et encore !)

Paroles d’Auguste Le prototype mis en place est un dispositif sonore et visuel qui accompagne le visiteur dans sa découverte de la galerie de Toulouse Narbonnaise

Les bustes et les objets antiques sortent du silence et nous parlent... Immersion sensorielle et auditive pour comprendre leur histoire intime.

Scénario utilisateur
Le prototype est un système d’accompagnement auditif et visuel, qui interpelle le visiteur, lui apporte du contenu et l’invite a découvrir certains objets présentés dans la pièce.

Le visiteur rentre dans la galerie, un capteur déclenche un dialogue  le son commence par une interpellation franche ! "PSSSSIT !!!"
Un dialogue commence entre Auguste et sa femme Livie, échange anodin, support à un contenu historique. Leur discussion court renvoit aux mosaïques des thermes et à la vitrine du verre des chars (contenu historique).
Le visiteur poursuit sa déambulation, arrive sur les thermes, les fameuses mosaïques au sol.

Son passage déclenche le bruit de l’eau et une vidéo d’eau qui court… sur les mosaïques. Le support vidéo et auditif contextualise l’oeuvre présentée qui retrouve son identité réelle et sa fonction de sol de thermes…

Le dernier dispositif du prototype se trouve au dessus de la vitrine qui présente un verre sur lequel est imprimé une course de char. Le son de la course de char se met en marche quand le visiteur passe devant pour redonner le contexte de cet objet qui porte une histoire précise et particulière de l’antiquité.

Objectifs
Le groupe s’est constitué autour de la thématique de Toulouse la Narbonnaise salle d’exposition du deuxième étage du musée Saint-Raymond qui rassemble des sculptures, des bustes, des mosaïques, des objets du quotidien, vaisselle, lampe à huile de la période romaine. Le constat de départ est que ce très riche ensemble éclectique manquait de cohésion et de lien entre les différents objets….Nous avons cherché a créer du lien, un fil qui puisse accompagner le visiteur dans sa traversée de l’espace.

L’idée de départ est la collection des bustes de Bézier qui accueillent le public et pourraient guider les visiteur, leur parler, leur suggérer d’aller voir telle ou telle vitrine …
La difficulté (une journée de réflexion, discussion reréflexion) était de positionner le projet entre l’histoire très intime de cette famille impériale romaine (les bustes) et la multiplicité des objets exposés, tous intéressants et riche en histoire domestique…
Au cours du travail, le projet a été simplifié et enrichit de vidéo pour accentuer l’immersion sensorielle…il s’adresse a tous les publics, nous penssions faire parler deux bustes d’enfants pour faire vivre les jouets qui sont présents dans les collections, et capter l’attention du public jeune mais nous avons du retirer cette séquence du projet, cela fait partie des développements possibles

Outils & techniques
Rasberry, Arduino, enceintes stéréo amplifiées, orientables, capteurs ultra-son, vidéo-projecteur.

Equipe
Les Augustes, équipe de choc, mixeurs de l’Antiquité pour immerger les visiteurs dans La Narbonnaise antique !
Bastien Gatellier notre codeur manipulateur, Prissyla Dechaumet médiatrice inspirée, Alice Mazoyer graphiste énergique, Amaury Labrousse spécialiste contenu, Christine Fages facilitatrice, Pauline Jung communicante, Anabelle Picot fabricante magique.

CXVIII CCXVIII Le bottin antique

Obtenir les derniers potins de l'Antiquité ?! Rien de plus facile avec le CXVIII CCXVIII bottin antique !
Une manière pour le visiteur d'être acteur de sa visite en appelant via une webapp les bustes dont ils veulent connaître l'histoire, leurs potins et malheurs !

Suivez-nous sur Facebook et twitter avec #teamPOMJOK

Obtenir les derniers potins de l’Antiquité ? Rien de plus facile avec le CXVIII CCXVIII* Le BOTTIN ANTIQUE.
Vous avez envie de contacter les personnages illustres de l’Histoire antique pour connaître leur vie perso et pro ? Converser avec Commode et Marc-Aurèle ? Ecouter la complainte de Sabine, l’épouse de l’empereur Hadrien ? Les exploits d’Auguste ou les lamentations d’Antonin ? Vous pouvez vous connecter sur la webapp www.bottinantique.tk et rentrer en communication avec les bustes de la villa de Chirigan. Vale et salve !*118 218

A partir d’un smartphone à sa disposition ou à partir du sien, le visiteur se connecte à une webapp (www.bottinantique.tk) qui lui permet d’appeler les bustes.

Une fois le personnage sélectionné sur l’interface, une sonnerie de téléphone retentit à côté du buste que le visiteur est en train d’appeler. Le visiteur se dirige naturellement vers la sonnerie qu’il entend et se place face au buste qu’il appelle. Il n’a plus qu’à écouter les récits des personnages et à découvrir via l’interface toutes les histoires enregistrées. Vale et salve!

Objectifs
Dès le début, nous avons eu l’idée de réanimer les bustes qui se trouvent au 1er étage du musée. On voulait les faire parler, les recoloriser, les humaniser, leur rendre leur âme. Faire comprendre aux visiteurs pourquoi ces personnages sont présents dans cette collection. Les bustes représentent d’illustres personnages ou des inconnus qui ont eu de l’importance à leur époque. Leur donner la parole nous paraissait un bon moyen de capter l’attention du visiteur qui ne s’attarde pas très longtemps sur les bustes car ils sont nombreux et la scénographie peut impressionner et être décourageante.

Au départ, nous voulions que le visiteur déclenche en passant près des bustes, via des capteurs de proximité, les récits des personnages ainsi qu’une projection sur le buste qui animerait les yeux. Nous nous étions mis d’accord le vendredi soir sur le scénario utilisateur du prototype. Mais finalement, le samedi matin nous trouvions cela trop simple et nous sommes allés plus loin dans le décalage avec l’histoire. Nous avons inventé un univers grâce auquel le visiteur est acteur de sa visite. Le visiteur peut tout simplement appeler les personnages de l’Antiquité pour converser avec eux et écouter leurs histoires à l’aide d’une webapp. Notre prototype s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Nous avons construit un marche-pied pour que les enfants puissent prendre un peu de hauteur pour mieux voir les bustes qu’ils écoutent.

A partir de cette idée des esquisses du dispositif mis en espace ont été dessinées et des premiers essais réalisés.
Nous avons décidé de placer une main qui tient un portable à côté des bustes concernés pour les identifier ainsi que de construire une borne pour mettre à disposition du visiteur un smartphone. Nous avons également pensé à une signalétique au sol.

Outils & techniques
Le code
1 raspberry Pi 3
1 alimentation éléctrique
Pistes sonores enregistrées
1 enceinte par buste (ici 5 enceintes)
Smartphone
Carton, découpe vinyle, plexis, coussin

Equipe
La teamPOMJOK (de gauche à droite)
PORRY Olivain et sa bande de codeurs (Angelo, Julie d’Epitech) > Le codeur sans limite
GAMON Kerry > Maker, une pro de l’impression en 3D, vinyle and co du fablab.
GOUZIEN Morgane > Médiatrice qui va vous rendre accro à notre proto!
MARCUS Olivia > Graphiste qui nous a donné une identité (visuelle)
LAVIGNE DU CADET Pauline> La CM qui tweete et retweet toute la journée!
GENDRON Juliana > Experte contenu spécialiste du « culte impérial » et c’est pas une blague!
Notre facilitateur Jean-Pascal Marron toujours là pour nous guider et épauler!

Team Bablyon

Discover ancient Roman Toulouse through an interactive activity in the museum

Scénario utilisateur
Why not join us and explore ancient Roman-Toulouse history with a specially-made virtual reality interactive on the 2nd floor gallery? Team Babylon developed this concept over the course of 2 days during Museomix Toulouse 2016 with a gang of coders, museum educators, science gallery leaders and illustrator.

Objectifs
Unlock the mystery of Roman life in Toulouse over 1500 years ago. Visit the museum and travel back in time with the help of a virtual reality activity and discover how familiar objects were used. We want to inspire families with these everyday objects that are found in the cases and realise that could be you in the ancient past. Use the modern way of playing ancient games, throw a virtual dice and connect with the Roman Empire in France.

Outils & techniques
screen
cardboard
video
music
text
editing
photography
camera
costume
Virtual Reality software
glue
crosswood
vinyl & vinyl cutter
laser cutter
automatic cutter
 
Retour d'expérience
Group work – we assigned each pair the task to explore content through different means.
Finally on Saturday we developed after our initial idea, how to develop the content in relation to the objects selected for our theme, and we carried out the tasks with completion

FAQ
Why ?
How ?
Is it interesting ?

Equipe (Erasmus+)
Janne, Maker, Finnish Museums Association, Finland
Jenny, Communicator, Chester Beatty Library, Ireland
Jo, Expert, Heritec UK
Cederic, Developer Limoges, France
Louise,UX, Mediator, London, UK
Vincent, UX Developer Bordeaux, France
Martin, Maker, Trondheim, Norway
Mona, Communicator, Museum Curator, Finland
Clement, Developer, Toulouse

Lu 583 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter