Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél. : 05 61 22 31 44. Ouvert 7/7. 10:00-18:00. Gratuit pour les - de 18 ans. Gratuit pour tous chaque 1er dimanche du mois.

Vénus de Martres-Tolosane




© J.-F. Peiré
© J.-F. Peiré
L’Aphrodite de Cnide est une œuvre du sculpteur grec Praxitèle, qui vécut au IVe siècle avant notre ère.
Cette statue connut un succès considérable durant toute l’Antiquité.
Elle n’était pas en bronze mais taillée dans le marbre de l’île de Paros, en mer égée. C’est probablement Nicias, un peintre célèbre, qui l’avait revêtue de couleurs.

Pline l’Ancien la place au-dessus de toutes les œuvres de la terre.
Il écrit que Praxitèle aurait sculpté deux Aphrodite grecques : l’une habillée, l’autre entièrement nue. Praxitèle les aurait proposées aux habitants de l’île de Cos, île de la mer égée, qui désiraient acquérir une statue de la déesse. Ils choisirent le modèle le plus pudique.
Ce sont les habitants de l’île de Cnide, sur la côte d’Asie Mineure (Turquie actuelle), qui achetèrent l’Aphrodite dénudée. Très vite, elle allait devenir le symbole de la cité et connaître la gloire. Des milliers de copies et de variantes, des statuettes aux monnaies, reproduisent cette sculpture.

Aphrodite Braschi conservée à la Glyptothèque de Munich (Allemagne). Bibi Saint-Pol, [Public domain], via Wikimedia Commons
Aphrodite Braschi conservée à la Glyptothèque de Munich (Allemagne). Bibi Saint-Pol, [Public domain], via Wikimedia Commons
Aphrodite, nommée Vénus chez les Romains, était la déesse de l’amour.
La tête de Martres-Tolosane a pu appartenir à une statue dans laquelle elle s’encastrait. Le visage forme un bel ovale. Malgré un œil droit plus haut et plus grand que le gauche, le regard est très doux. Les arcades sourcilières sont estompées. Les lèvres entrouvertes sont pleines et sensuelles. Deux bandelettes emprisonnent les mèches ramenées vers l’arrière de la tête et rassemblées en chignon.

Cette tête, aujourd’hui dénommée Vénus de Martres, est l’une des œuvres emblématiques du musée Saint-Raymond.

Tête en marbre de la « Vénus de Martres » découverte sur le site de la villa romaine de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne).





Ier siècle ?
Inv. Ra 52.


Lu 3722 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter