Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél : 05 61 22 31 44. Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h. Entrée gratuite pour tous jusqu'au 21 octobre

La conspiration des 4 saisons



Cher public,
Je t'écris pour convoquer ta réactivité (qui m'a été recommandée de façon foudroyante par l'aigle de Jupiter), car je suis en pleine effervescence depuis ce matin au démarrage d'une enquête de la plus haute importance !
Moi, Bacchus, drapé dans une sobriété qui m'honore et te garantit le sérieux de mon annonce, j'ai le regret de t'apprendre que le printemps n'est toujours pas arrivé malgré ce que tu as pu lire dans le calendrier !


Comme tu le sais, ce matin place Saint-Sernin on a encore enregistré des températures inférieures aux normales saisonnières.
Un peu avant ton arrivée au musée et ce, comme tous les matins depuis plusieurs semaines, on s'est tous regroupés devant le four à chaux en espérant qu'une âme empathique le rallume ; en vain.
Car il faut que tu saches public chéri que, si je suis pétrifié, je le suis deux fois : au propre et au figuré ! Quoi qu'on t'en dise dans la toute nouvelle visite pour ceux qui aiment les courbes, il n'y a pas à aller chercher d'explications esthétiques ou historico-artistiques : si mon sexe est tout petit, c'est qu'ici il fait un froid qui nous transit !

Cette attente du retour de la douceur est si longue que, malgré ta chaleureuse fréquentation, j'ai le moral au 4ème siècle avant notre ère. Déjà que, sans bras aucun, ton dieu du vin en est déjà réduit à ne plus pouvoir lever son verre, je me sens tellement déprimé que j'en ai même abandonné tout projet capillaire pour être beau lors de ta toute prochaine venue en nombre pour les Journées nationales de l'archéologie.
Et à l'étage où s'expose mon élégante marbritude, aucune alternative au froid ! J'ai bien essayé d'usurper la léonté de mon voisin Hercule, mais il est si attaché à son trophée qu'il la récupère aussitôt.
Je ne suis pas mytho et je te dis la vérité toute nue à mon image : mon inquiétude pour Perséphone est haute comme l'Olympe.

Bon à partir de maintenant je parle doucement.
Parce que, public chéri, mon amour, si tu connais bien les lieux, tu sais que ce diable d'Hadès est muséographiquement tout pile en face de moi et qu'il risque fort de nous entendre.

Comme tu le sais, Hadès fait du bénévolat dans le milieu de la grande méchanceté et je n'ai pas envie d'avoir un contentieux avec son chien Cerbère. Rien qu'à voir leur mine antipathique, je comprends qu'on puisse ne pas aimer les musées et que le MSR soit obligé de proposer des visites spéciales pour rassurer les visiteurs frileux !

Mais recentrons le sujet. Moi, Bacchus, dont l'intelligence est à la hauteur des supermatozoïdes divins à l'origine de ma naissance, je vais te révéler mes conclusions à propos de cette météo déprimante !

Regarde ce petit tableau près de la fenêtre.
A l'époque du Haut-Empire, comme les alertes enlèvement, le bouton Service de crise de Facebook et #metoo n'existaient pas, on a sculpté ce tableau sur le rapt de Perséphone. Son oncle, ce diable d'Hadès !, en était en effet si épris qu'il s'est servi de sa force pour l'emporter vivre avec lui dans son monde souterrain. Et, soit disant, personne n'a rien vu !
La mère de Perséphone et sœur d'Hadès, Déméter, est partie à sa recherche durant 9 jours et nuits. Comme elle était la déesse des moissons, la terre a vite ressemblé à une grève intercontinentale des agriculteurs. Le soleil, qui a quand même un joli point de vue sur la planète et avait heureusement assisté à la disparition de Perséphone, s'est constitué témoin à charge et a révélé la scélératesse d'Hadès.
Déméter a foncé aux Enfers mais, comme le maître des lieux était tout sauf un gentleman, il refusa de libérer Perséphone.
Il fallut porter l'affaire devant Zeus. Tout le monde fut obligé d’accepter un compromis : Perséphone ne resterait auprès de lui que six mois et demeurerait l’autre moitié de l’année auprès de Déméter.

Pour moi tout est très clair : cette année, cet anti-héros d'Hadès n'a certainement pas tenu sa parole et ainsi détraqué le temps.
Atteints de conspirationnisme saisonnier aigü, il ne nous reste qu'une seule chance de nous en sortir ! Dimanche avec l'ouverture estivale de l'amphithéâtre de Toulouse Purpan-Ancely, les planètes vont s'aligner et si nous nous retrouvons tous là-bas à 14 h, je te parie qu'il y aura un temps splendide et des températures caniculturelles ;-)

Alors, tu es d'accord ? Amène tes amis, je m'occupe des boissons, et on s'attend à l'arrêt de Tram "Arènes romaines".
[ Bisous ]


 

Lu 289 fois

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube







Inscription à la newsletter