Menu
MSR, Musée Sain MSR, Musée Sain


Place Saint-Sernin. Tél : 05 61 22 31 44. Ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h.

Pour en savoir plus sur l'exposition "Wisigoths. Rois de Toulouse"



Exposition présentée du 27 février au 27 septembre 2020.


Un regard très sévère a longtemps été porté sur les Wisigoths. Parce qu’ils appartiennent aux peuples dits "barbares", leur histoire est restée dans l’ombre de l’Empire romain, modèle de civilisation dont ils auraient sauvagement provoqué la chute. Parce qu’ils ne sont pas les Francs, héros du récit national, les Wisigoths ont été longtemps ignorés par l’archéologie dite "mérovingienne" (de Mérovée, ancêtre mythique de Clovis). Par contre, en Espagne, où ils sont célébrés comme les fondateurs de la nation, leur existence a plus rapidement attiré l’attention des chercheurs.
À travers les siècles, de nombreux artistes se sont emparés de la figure du "Barbare" et du Wisigoth. On retrouve ces derniers dans la peinture, la sculpture, la littérature, la bande dessinée, la production audio-visuelle, la publicité ou encore les jeux vidéo... Ce sont sans cesse les mêmes clichés qui reviennent : ceux d’une figure brutale et bestiale, ne vivant que par le pillage et la destruction.

LE PETIT +
Dans cette séquence introductive, Astérix, Kaamelott ou encore Game of Thrones illustrent la représentation du Barbare dans la culture populaire contemporaine.


 

Les Goths sont mentionnés pour la première fois au Ier siècle de notre ère par les auteurs romains qui les situent dans le nord de l’actuelle Pologne. On ne sait rien de leurs origines plus anciennes mais selon une légende rapportée par Jordanès (VIe siècle), un petit groupe, guidé par le roi Bérig, aurait quitté la Scandinavie à bord de quelques navires pour s’établir sur un nouveau territoire.

Du nord de la Pologne...
Le mythe rejoint peut-être la réalité archéologique : à l’ouest de l’embouchure de la Vistule (Pologne), des archéologues ont découvert des tombes qui rappellent celles connues dans le sud de la Suède, de la Norvège ainsi que sur les îles de Gotland. Ces sépultures pourraient témoigner de l’intégration de Germains scandinaves à des populations autochtones de Pologne du Nord, dans le courant du Ier siècle de notre ère. De cette fusion serait née l’ethnie des Goths et la culture archéologique associée, la culture de Wielbark.

...aux rives de la mer Noire
Entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle, des Goths quittent le bassin de la Vistule pour se diriger vers le sud, jusque vers la mer Noire. Là, ils s’allient à d’autres peuples et forment une véritable coalition qui lance, à partir de 238, des attaques répétées contre les provinces romaines. La culture matérielle qui correspond à cette période est dite de Tcherniakhov du nom d’un village ukrainien. Elle mêle des traits autochtones à des influences romaines.
C’est au IIIe siècle que, pour la première fois, deux branches des Goths apparaissent dans les sources écrites : les Ostrogoths ("Goths de l’Est" ou "Goths brillants" selon les auteurs) en Ukraine et les Wisigoths ("Goths de l’Ouest" ou "Goths avisés, instruits") en Roumanie et Moldavie.

La religion des Goths
Dans les premiers siècles de leur histoire, les Goths sont polythéistes. Ce n'est que vers 240 qu'ils sont christianisés par l'évêque Ulfila qui pratique une variante du christianisme : l'arianisme. Selon cette doctrine. Le Christ n'est pas de même nature que Dieu. L'arianisme sera considéré comme une hérésie par les autres Chrétiens, notamment après le concile de Nicée organisé en 325 à la demande de l'empereur romain Constantin.

LE PETIT +
Le générateur de noms goths : Wisigothe-toi ! En actionnant le dispositif, le visiteur peut créer son nom wisigoth et comprendre sa signification.


 

L’invasion des Huns
Vers 375, les Huns venus des steppes de Russie méridionale, avancent vers l’ouest. Ils affrontent plusieurs peuples sur leur passage, notamment les Ostrogoths (qui finissent par se soumettre) puis les Wisigoths qui résistent un temps avant de fuir. Ils demandent à l’empereur romain Valens l’autorisation de franchir la frontière romaine du Danube. L’Empereur accepte. En échange, les Wisigoths s’engagent à fournir des soldats pour l’armée romaine.
Les gouverneurs romains n’honorent pas leur part du contrat et maltraitent les Wisigoths : ils les soumettent à des impôts exorbitants, provoquent une famine et réduisent certains d’entre eux à l’esclavage. Ils se révoltent et, rejoints par d’autres peuples, affrontent Valens près d’Andrinople en 378. Les Wisigoths sont vainqueurs ; l’Empereur est tué.

La pérégrination dans l’Empire
Après leur victoire à Andrinople, les Wisigoths, en quête d’un nouveau territoire et de moyens de subsistance, alternent entre affrontements et négociations avec Rome pendant près de trente ans.
Théodose les installe dans les Balkans en 382. En 397, avec leur chef Alaric Ier, ils s’installent sur la côte orientale de la mer Adriatique. En 401, ils entrent dans l’Empire d’Occident et marchent sur l’Italie. Rome est attaquée deux fois : en 408, elle s’en tire en payant une énorme rançon mais est pillée en 410.

L’entrée des Wisigoths en Gaule
Lors du sac de Rome en 410, Alaric prend en otage Galla Placidia, la sœur de l’empereur romain Honorius. Il meurt à la fin de la même année en Calabre.
Trois ans plus tard, le nouveau chef des Wisigoths, Athaulf, décide de gagner le sud de la Gaule. Il épouse Galla Placidia et s’installe brièvement à Narbonne avant d’être envoyé en Espagne par Honorius pour combattre les Suèves, les Alains et les Vandales. Wallia succède à Athaulf qui est assassiné en 415.

LES PETITS +
Deux courtes vidéos présentent l’attaque des Huns ainsi que la bataille d’Andrinople que le jeune public pourra également découvrir grâce à une maquette.
Un diaporama, présentant le travail de quelques troupes de reconstitution historique de qualité, permet de se faire une idée du costume militaire des Wisigoths et des Romains aux IVe et Ve siècles. L’équipement complet d’un soldat (casque, armure de mailles, épée et bouclier) est également exposé à proximité. Les visiteurs peuvent aussi essayer un casque et tenter le concours du plus beau selfie !


 

Après leurs victoires en Espagne, les Wisigoths sont rappelés en Gaule par Honorius et négocient un nouveau traité avec l’Empire romain. En 418 ou 419, ils sont installés dans le bassin de la Garonne, "de Toulouse à l’océan", sur un territoire correspondant sans doute à la province d’Aquitaine seconde et à des cités voisines de Novempopulanie, d’Aquitaine première et de Narbonnaise. Cet accord permet enfin une installation durable et Théodoric Ier (418-451) choisit Toulouse comme résidence royale. 
Euric (466-484) exerce un pouvoir autonome après la chute de l’Empire romain d‘Occident (476) et agrandit considérablement son territoire. À son apogée, le royaume wisigoth, le plus grand royaume barbare d’Occident, comprend l’Aquitaine, la Septimanie, la Provence ainsi que la majorité de la péninsule Ibérique, à l’exception du nord-ouest.
Après la bataille de Vouillé, en 507, les Francs de Clovis prennent, avec Toulouse, le contrôle de l’Aquitaine et obligent les Wisigoths à se replier sur le littoral méditerranéen (Septimanie) et en Espagne.

Les Wisigoths ne semblent pas être dispersés sur l’ensemble du territoire. Ils sont certainement restés proches des principaux centres de pouvoir afin de demeurer une force militaire rapidement mobilisable, ainsi que dans les régions les plus riches du point de vue économique. Les seuls vestiges archéologiques qui nous permettent de suivre leurs traces et de supposer leur installation dans les grands domaines agricoles romains, outre les nécropoles, sont pour l’essentiel des petits accessoires du costume féminin. Ces objets ont été retrouvés dans les bâtiments résidentiels des villae, au milieu de riches éléments de décor tels que des sculptures et des mosaïques qui témoignent de l’adaptation des nouveaux venus au mode de vie romain.

L’installation des Wisigoths dans notre région n’entraîne pas de bouleversements économiques. Entre les années 410 et 500, les réseaux routiers et fluviaux demeurent en place, des complexes artisanaux se développent et les campagnes sont prospères, comme en témoignent les travaux d’agrandissement et d’embellissement effectués au sein de quelques grands domaines agricoles (villae).
Le territoire est riche : il comprend de bonnes terres céréalières, des vignobles, de nombreux élevages et des ressources naturelles variées (pierre, bois, minerais…). Des produits d’importation et de luxe, parfois d’origine lointaine, continuent de converger vers Toulouse, même après la chute politique de l’Empire romain d’Occident (476).

Les rois de Toulouse
À la suite du traité signé entre Wallia (415-418) et l’empereur Honorius, Théodoric Ier (418 - 451) organise l’installation des Goths en Aquitaine et fixe le siège de son pouvoir à Toulouse. Il est possible qu’il soit le beau-fils d’Alaric Ier, le Goth qui avait pris Rome en 410. Ses filles, dont on sait peu de choses, sont mariées à des princes barbares et romains. L’une d’entre elles sera d’ailleurs sévèrement maltraitée par les Vandales. Durant son règne, Théodoric Ier mène plusieurs campagnes militaires pour agrandir son territoire vers la Méditerranée. En 439, il repousse avec succès le général romain Litorius qui assiège Toulouse. Théodoric trouve la mort en 451 lors de la bataille des Champs Catalauniques opposant l’armée romaine et ses alliés germaniques aux Huns d’Attila.

Son fils aîné Thorismond (451-452) lui succède. Héros des Champs Catalauniques et fin stratège, il est rapidement assassiné par ses frères, en désaccord avec sa politique envers Rome.

Théodoric II prend le pouvoir (453-466). Nous connaissons un peu sa personnalité et ses activités quotidiennes grâce aux lettres de Sidoine Apollinaire, diplomate, évêque et grand témoin de son temps. Élevé à la cour de Toulouse, Théodoric II a eu pour précepteur Avitus, préfet du prétoire des Gaules puis empereur. Loin du cliché du Barbare, il est décrit comme un prince avisé dont la culture est tout aussi romaine que gothique. Comme son père, Théodoric II cherche à agrandir son territoire et mène des campagnes en Espagne, vers la Loire et dans la région de Narbonne.

En 466, Euric devient roi et lance plusieurs campagnes militaires d’expansion. Il défait l’armée impériale près d’Arles, affronte Sidoine Apollinaire retranché en Auvergne et étend son royaume en Provence mais aussi jusqu’à la Tarraconaise (Espagne). En lutte constante contre le clergé nicéen
(« catholique »), il décède en Arles de mort naturelle en 484. Son fils Alaric II lui succède. Ce dernier gouverne le royaume wisigothique, le plus étendu des royaumes barbares, jusqu’à sa mort, lors de l’affrontement avec les Francs, à Vouillé, en 507.

Toulouse au temps des Wisigoths
La Tolosa des rois wisigoths est l’héritière directe de la ville antique. Elle en conserve le plan (92 hectares), le rempart, la voirie, les quartiers d’habitation et les équipements publics qui ont survécu aux bouleversements économiques et religieux des siècles précédents.
Au nord-ouest de la ville, dans un angle formé par la Garonne et le rempart, les Goths aménagent au Ve siècle un complexe monumental, possible siège du gouvernement, et, de l’autre côté de la muraille, un imposant édifice funéraire. Ils fréquentent certainement les églises de Saint-Pierre-des-Cuisines et de La Daurade. Se dessine alors, dans cette zone de la ville antique et hors-les-murs, ce que l’on pourrait presque appeler un « quartier goth », témoin d’une réelle appropriation de l’espace urbain par le nouveau pouvoir.

En 1988, des archéologues de l'Afan (ancêtres de l'Inrap) ont découvert, sur le site de l’ancien hôpital militaire Larrey (actuelle place de Bologne), des vestiges datés du Ve siècle. Ils constituent la portion occidentale d’un complexe monumental dont on ne connaît pas toutes les composantes. à ce jour, seul un autre bâtiment fouillé en 1989 à une soixantaine de mètres plus à l’est et appuyé directement contre le rempart et une tour, peut y être associé.
Il ne reste rien de cet édifice, détruit en 1989 pour construire le quartier résidentiel de la place de Bologne. Si l’on ne peut pas affirmer qu’il s’agit bien du « palais » des Wisigoths, sa datation au Ve siècle, son plan particulier, son envergure et sa position dominante en bordure du fleuve non loin du gué du Bazacle, en lien sans doute avec un port fluvial, plaident en ce sens.

En plus du quartier cathédral, à l’est de la ville, trois églises accueillent fidèles et défunts à l’époque wisigothique : Saint-Sernin, Saint-Pierre-des-Cuisines et La Daurade.
 Saint-Pierre-des-Cuisines, contemporaine de Saint-Sernin, fut élevée au cœur d’un espace funéraire présent depuis les Ier-IIe siècles. Les Goths l’ont sans doute fréquentée, en témoigne le mausolée monumental qu’ils ont fait construire à une vingtaine de mètres plus au nord, strictement aligné sur l’église (site actuel de la nouvelle École d’économie de Toulouse).
Détruite entre 1759 et 1763, l’église primitive de Sainte-Marie la Daurade est restée célèbre pour ses mosaïques à fond d’or. C’est ce décor mural qui lui a donné son nom : Sancta Maria Deaurata, Sainte-Marie la Dorée (daurada en langue d’oc). Ces mosaïques recouvraient une abside, composée de niches disposées sur trois niveaux et séparées par des colonnes torsadées ou décorées de pampres de vigne. Une maquette de l’église est visible au second étage du musée.


 

C’est la fouille des tombes qui a livré depuis le XIXe siècle le plus d’indices permettant d’identifier les Wisigoths dans le Sud de la Gaule. Certaines sépultures, essentiellement féminines, livrent en effet des objets de parure de type "germanique oriental".

Le costume ethnique féminin "germanique oriental" se caractérise par le port de deux grandes fibules au niveau des épaules et d’une grande plaque-boucle de ceinture. Les formes et les matériaux peuvent varier : grandes fibules en tôle d’argent ou en bronze, fibules digitées, en arbalète ou aviformes (en forme d’oiseau), plaque-boucle à placage d’argent et cabochons, estampées ou bien présentant un décor cloisonné de grenats ou de verroteries… L’ensemble peut être complété par des colliers et des boucles d’oreille.


 

Depuis une vingtaine d’années, les fouilles de nécropoles ayant livré des tombes wisigothiques se sont multipliées dans le Sud, permettant de renouveler notre connaissance du sujet. Parmi elles, les cimetières du Mouraut (Inrap) et de Seysses (HADES) dans le Toulousain, Blanzac en Charente (Hadès), Saint-Laurent-des-Hommes en Dordogne (Inrap), ou encore les sites de Pezens et La Mézière dans l’Aude, Estagel dans les Pyrénées-Orientales, connus plus anciennement, ont livré des objets caractéristiques du costume germanique oriental.

Une découverte exceptionnelle : la fouille du site des Boulbènes des Vitarelles à Seysses
De mai à octobre 2018, le Bureau d’investigations archéologiques HADÈS, sous la responsabilité scientifique de Sélim Djouad et après prescription du Service régional de l’archéologie de la DRAC Occitanie, a fouillé un site funéraire sur la commune de Seysses, à environ 20 kilomètres au sud-ouest de Toulouse. L’opération archéologique a été financée par l’aménageur Promologis.
Les 149 tombes découvertes formaient un cimetière organisé en rangées. Il s’étendait, sur environ 1 ha, le long de la voie antique reliant Toulouse à Saint-Bertrand-de-Comminges. Le site a été fouillé dans son intégralité.
Le lieu semble avoir été utilisé à des fins funéraires sur une période relativement courte, de la première moitié du Ve siècle au tout début du VIe siècle. Les études sont actuellement en cours, mais les premières observations semblent attester d’une population composée d’individus très divers : les tombes ont livré de très jeunes enfants, des jeunes adultes, des adultes plus âgés, des deux sexes, ou encore des personnes présentant des handicaps physiques. Un individu a visiblement fait l’objet de violences, ses bras et jambes ayant été coupés puis posés sur son corps.
Le caractère exceptionnel de cette découverte tient au fait que ce cimetière a peut-être été uniquement occupé par des Wisigoths, comme en témoignent l’utilisation de cercueils en troncs d’arbres évidés, le mobilier funéraire de type germanique et la présence de déformations crânienne.
Ce cimetière pourrait donc être celui d’une communauté wisigothique ou barbare alliée, installée avec son chef autour d’une villa que les fouilles n’ont pas permis de retrouver, à moins d’une journée à cheval de la capitale Toulouse. Les inhumations cessent d’ailleurs au début du VIe siècle, ce qui pourrait correspondre à l’invasion de la région par les Francs.

Des crânes déformés !
La présence de crânes déformés est attestée chez les Huns, les Sarmates, les Alains et certains Germains orientaux comme les Goths et les Burgondes. Cette déformation résulte du port, par les nourrissons des deux sexes, de bandelettes de contention placées autour du crâne provoquant ainsi son allongement progressif vers l’arrière. On ne sait pas si l’objectif était la déformation du crâne en tant que telle ou bien le port d’une coiffe particulière qui requerrait une tête allongée. Indolore et sans conséquences pour le développement cognitif de l’enfant, cette tradition ethnique semble avoir été suivie par certains Wisigoths dans le Sud-Ouest de la Gaule, comme à Seysses. Précisons que cette pratique n’a pas de lien direct avec la mode des "crânes allongés" toulousains du XIXe siècle.


LES PETITS +
Deux dispositifs inédits permettent aux visiteurs de découvrir le site funéraire de Seysses : 
> en explorant en 3D certaines tombes ;
> en observant et en touchant des crânes déformés.



 

"Regnum Tolosanum occupantibus Francis destruitur"
Le royaume de Toulouse, occupé par les Francs, est détruit
Isidore de Séville, Historia Gothorum

Les Wisigoths ne sont pas les seuls Barbares à s’être installés dans les provinces de l’Empire romain d’Occident. Les Francs, Germains occidentaux, se sont progressivement implantés à l’ouest du Rhin aux IVe et Ve siècles. À son avènement en 481, Clovis rêve de réunifier la Gaule. Après plusieurs campagnes victorieuses contre d’autres Barbares, il franchit la Loire en 507 et tue le roi wisigoth Alaric II lors de la bataille de Vouillé, près de Poitiers. Les Francs prennent rapidement le contrôle de l’Aquitaine. Symbole du pouvoir des Goths, Toulouse est occupée, pillée et peut-être brûlée. Elle ne retrouvera pas son essor urbain avant deux siècles.

Les Wisigoths se replient en Espagne, mais conservent la Septimanie (ancien Languedoc-Roussillon) en Gaule. Ils établissent leur nouvelle capitale à Tolède. La période proprement hispanique de leur histoire commence. Plusieurs rois vont se succéder jusqu’à la conquête arabe de la péninsule en 711, qui entraîne la disparition des Wisigoths en tant que peuple indépendant sur la carte européenne.


 


Lu 770 fois

Dans la même rubrique :
< >
 

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Instagram
Pinterest
YouTube






Inscription à la newsletter